Récits de voyage icon
Récits de voyage
  •   5 min. de lecture

Écrire un article sur ce qu’il y a à faire en Islande n’a aujourd’hui plus rien d’extraordinaire. Ce qui l’est en revanche, c’est le bond considérable qu’a connu le tourisme ces dernières années. En 3 ans, les chiffres sont passés de 500 000 touristes à près de 1,7 million. À ce niveau-là, ça n’est plus un bond, mais carrément une explosion. Un peu à l’image du volcan Eyjafjallajökull en 2010…

Les gens se rendent en Islande principalement pour sa nature spectaculaire, ses espaces verts, ses déserts noirs, ses glaciers et ses lagons. Le pays est vaste, et assez peu peuplé. Avec 332 000 habitants, il y a finalement plus de touristes que de locaux ! Tous se concentrent majoritairement autour du Golden Circle, le « Cercle d’Or », qui rassemble les sites les plus courus du pays : Gullfoss, le parc national de Þingvellir et les geysers de Haukadalur.

Bien sûr, ces endroits sont magnifiques. Mais selon la période à laquelle vous comptez vous y rendre, vous risquez bien de ne pas être seul sur les lieux. Et bien que superbes, ces sites ne résument pas le pays à eux seuls. Il est (encore) tout à fait possible d’explorer des endroits en Islande hors des sentiers battus. GO Voyages en a sélectionné quelques-uns, les voici !

Dimmuborgir

Source Flickr (William Wallace)
Source Flickr (William Wallace)

Dimmuborgir est un immense espace recouvert de formations de lave. Situé au nord de l’Islande, cet endroit est juste magnifique ! Les grottes volcaniques et les formations de lave ont été formées il y a plus de 2000 ans suite à l’éruption du volcan adjacent. Dimmuborgir était alors un lac, et la coulée de lave est venue le recouvrir. En résulte une formation complexe, aux allures de citadelle. Si vous aimez les légendes nordiques, cet endroit est fait pour vous. On raconte que le Diable y aurait trouvé refuge après avoir été chassé du ciel. C’est aussi l’endroit où se cacheraient les trolls de Noël, les Yule Lads, au caractère si particulier.

Gjáin

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (Matteo)

Gjáin est un petit trésor caché au sud de l’Islande, dans le Cercle d’Or, mais à l’écart des itinéraires touristiques. Un véhicule tout-terrain est nécessaire pour franchir la route qui mène à ces cascades spectaculaires, c’est pourquoi le site est assez peu fréquenté, bien que situé près de la cascade de Háifoss. L’idéal est de s’y rendre pour un déjeuner sur l’herbe, il y a très peu de chance pour que vous y croisiez d’autres touristes. Comme à Dimmuborgir, c’est la lave qui est à l’origine du site, mais le paysage est tout à fait différent. Situé dans la vallée de Þjórsárdalur, Gjáin est constitué de 2 cascades alimentées par la rivière Rauðá. Le site se trouve à environ 120 km au sud-est de Reykjavik. Une fois arrivé à la ferme de Þjóðveldisbærinn, prenez la route 327 sur une dizaine de kilomètres, un petit parking se trouve sur place.

Le Secret Lagoon

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (Simon&Vicky)

Bien sûr, tout le monde connaît le célèbre Blue Lagoon. Il est vrai qu’il est superbe, mais victime de son succès, il faut parfois réserver à l’avance pour y accéder et partager la place avec des centaines (des milliers ?) de personnes. Pour une expérience plus authentique, partez plutôt vous détendre au Secret Lagoon (appelé aussi Gamla Laugin). Situé à Fluðir, à 100 km à l’est de Reykjavik, le Secret Lagoon est l’une des plus anciennes piscines naturelles du pays. Plus petit, mais aussi moins fréquenté que le Blue Lagoon, il est également bien moins coûteux (2800 ISK pour une entrée adulte). Sur place, il est possible de louer des serviettes et le Secret Lagoon propose des boissons et des sandwichs. En gros, vous n’avez qu’à prendre votre maillot de bain, plonger et apprécier tout simplement ce bassin naturel et préservé !

Strandir

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (Jennifer Boyer)

Voici l’un des endroits les plus sauvages des fjords de l’Ouest et rares sont les touristes à venir s’aventurer par ici. Il s’agit de la zone la plus éloignée d’Islande, elle ne compte que 800 habitants. Conduire le long de cette côte est une expérience unique, tant les sentiments d’isolement et de solitude peuvent être forts. Faites un tour à Djupavik, un ancien village de pêcheurs resté dans son jus. On y trouve notamment une ancienne usine de hareng, abandonnée depuis 1950. Le village est entouré de montagnes escarpées, l’ambiance est tout simplement magique, unique ! Un peu plus loin se trouve Krossneslaug, une piscine naturelle chauffée. Vous pourrez vous baigner dans une eau à 38 ° tout en admirant la vue sur la baie d’Húnaflói.

Brúarfoss

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (Pearly85)

Brúarfoss est une cascade magnifique, peut-être la plus belle de tout le pays et pourtant, parce qu’elle n’est pas vraiment indiquée, la plupart des touristes renoncent à s’y rendre. Elle se trouve le long de la route 37, dans la région du Cercle d’Or. Quittez Laugarvatn en direction de Geysir et suivez la direction de Brekkuskogur. Montez en haut du Village vacances sur environ 1,5 km. Ne ratez pas le panneau « Bi Aldan » qu’il faudra suivre durant quelques mètres avant de tourner vers la gauche. C’est en vous rapprochant de la rivière à l’ouest du village que vous trouverez le petit chemin qui mène à la cascade. Une fois arrivé, vous serez ébloui par les couleurs absolument superbes du site : la cascade est d’un bleu presque turquoise, c’est très surprenant. La rejoindre n’est peut-être pas chose aisée, mais votre effort sera récompensé !

L’église de Vidimyrarkirkja

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (Jennifer Boyer)

Peut-être est-ce dû à son nom imprononçable, toujours est-il que l’église de Vidimyrarkirkja ne reçoit qu’assez peu de visites, comparativement à d’autres sites ultras fréquentés du pays. Pourtant, elle est un exemple typique de l’architecture traditionnelle islandaise. Il s’agit de l’une des dernières églises d’Islande dont le toit et les murs sont en tourbe. Elle fut construite en 1834 avec le bois rejeté par la mer sur les plages de la région. À part sa peinture et son toit en herbe plusieurs fois rénovés, tout le reste est d’origine et certaines pièces, comme le triptyque de l’autel, datent de 1616.

Fjaðrárgljúfur

islande-sentiers-battus-tresors-caches
Source Flickr (George Dement)

Fjaðrárgljúfur est un canyon, formé il y a près de 9000 ans à l’extrémité sud de l’île. Voici un autre site où très peu de touristes se rendent, n’étant que peu répertorié dans les guides touristiques classiques. Il faut emprunter la route 206, à environ 6 km de Kirkjubæjarklaustur et prendre la direction de Lakagigar. Le canyon au nom imprononçable se trouve à 2 km de là. Il est d’une beauté à couper le souffle, on se demande comment un tel décor a pu être ainsi sculpté naturellement. S’étirant sur environ 1300 m, ses parois peuvent atteindre 100 m de hauteur par endroit. Laissez la voiture au premier parking situé au pied du canyon. Là, vous pourrez admirer un paysage époustouflant où le vert profond de l’herbe contraste avec le noir des roches et le bleu turquoise de la rivière qui traverse le canyon.

Bien sûr, vous devrez absolument rapporter ce cliché souvenir de vous en train de nager dans les eaux du Blue Lagoon. Mais l’Islande ne s’arrête pas à cela. Et bien que l’on dise le pays en passe d’être saturé de touristes, il reste encore mille et une merveilles à découvrir, hors des sentiers battus. Laissez-vous tenter !

footer logo
Rédigé avec pour vous